Mon Dakar: San Rafael – Mendoza par Route 101


Première étape du Dakar que je suis, sans avoir trop écouté les informations sur la modification de l’étape…

Je quitte donc San Rafael de bon matin en direction de El sosneado  où doivent passer les concurrents du Dakar qui sont censés empruntés la route 101. Cette route est  l’ancienne route 40 qui va de El sosneado à Pareditas via la Jaula. Pour ce premier tronçon de piste, j’ai décidé de changer mes pneus la veille à San Rafael ; la meilleure idée depuis le départ…

La route n’a pas grand intérêt sportif mais recèle quelques surprises comme des puits de pétrole et un « salar » peu avant l’embranchement de la route 40 que les concurrents empruntent en lieu et place de la 101. Pour ma part je n’ai pas assez d’essence pour pouvoir me le permettre et continue donc jusque El sosneado.

Après une petite collation me revoilà parti sur la 101, faite de pierres et de poussière qui n’est plus empruntée que par les camions qui vont remplir leur citerne du pétrole fraîchement pompé. Un embranchement apparaît avec une petite piste partant sur la droite ; je continue tout droit et me retrouve au milieu de l’installation pétrolière… la 101 était la petite route partant sur la droite…

Dans ma malchance je rencontrai deux éclaircies ; la première vint du personnel de l’installation qui me mirent sur le bon chemin, en me faisant traverser des gués, et la seconde vint 100 Kms plus tard alors que j’étais perdu au milieu de nulle part et qu’un 4*4 rentrant sur le village de La Jaula m’invitais à partager leur repas (une chèvre grillée).

Deux heures plus tard après un excellent repas, je crevais la roue avant et me retrouvais à nouveau avec eux avant qu’un groupe de 4 motards suivant le Dakar n’arrive avec eux aussi une crevaison. Parmi eux deux journalistes dont Gato Barbery, journaliste pour l’emission « el Garaje » sur TYC.

Echange d’amabilités, on discute moto et voyage tout en démontant la roue de la f650gs  sans succès avant de placer la moto sur le pickup et de nous remettre en route au milieu de la nuit . Nous avons fait les 120 Kms restant, avec des vaches traversant la piste et des sections de sable frais coupant les sections de pierrailles ; l’enfer sur Terre. Le nombre de chutes est de 0 mais j’ai épuisé cette nuit là 3 de mes vies de chat.

Arrivée à Pareditas, le réparateur de pneus fit son office sans broncher bien que nous soyons allés le déloger en plein repas à 22h. Nous n’aurons même pas eu le loisir de payer la réparation, Marcelo, outre m’avoir invité à manger la chèvre grillée, avait payé avant de partir sans nous le dire.

Il est l’heure de trouver où dormir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s