La démocratie à l’argentine…


Oui, je suis un démocrate; sous entendu que je m’offusque lorsque l’on utilise, baffoue, la notion même de démocratie.

Un exemple ? La politique Argentine en recèle et sur cette seule dernière semaine nous en présente au moins deux.

Le premier est la loi sur les médias, loi modifiant celle crée lors de la dictature et amendée plusieurs fois depuis lors.
Sur cette seule loi nous avons déjà quelques exemples d’application de la démocratie à l’Argentine…

Cette loi aura été votée en tout et pour tout en 3 semaines, publiée au journal législatif un samedi (d’un long we fèrié) par une assemblée qui ne constitue déjà plus la représentation de la nation. (L’opposition a remporté les élections du mois de juin mais les députés ne prendront fonction que le 10 décembre).

Afin d’éviter un plus long processus le transfert de cette loi entre la chambre des députés et le sénat aura été volontairement ralenti pour éviter que le vice-président (qui voulait voir cette loi débattue dans 5 commissions) ne préside le sénat à ce moment là (si la présidente s’absente du pays, le vice-président laisse la présidence du sénat pour celle de la nation).

Certains politiciens opposés publiquement à la loi (province de corrientes, Tierra del fuego) ont finalement voté pour…(la province de Corrientes a besoin de fonds de l’état pour payer les salaires, la province de Tierra del fuego attend le passage de la loi sur la taxation favorable pour l’electronique assemblée dans cette province)… Je vous laisse juge du processus démocratique…

Dans cette loi est stipulé que le conseil jugeant de la  prolongation des licences est composé de 7 membres (2 représentants de l’exécutif, 3 représentants du législatif (première, deuxième et troisième minorités),  1 représentant des provinces, 1 « académicien » ); cette composition permet ainsi à l’exécutif de s’assurer de 3 votes garantis dans ce conseil.
Des 7 membres, seuls 5 (les deux premières catégories) rédigeront la règlementation de cette organisme car la loi NE LA CONTIENT PAS !!!

L’exécutif pourra donc régir la règlementation tel qu’ils le souhaitent sans que le parlement ne puisse faire quoi que ce soit…

Cette loi fixe des limites de propriétés de canaux entrant en conflit avec la constitution sur les droits acquis. Les groupes dépassant cette limite doivent vendre les canaux en trop dans un laps d’un an.

Lors de la loi de  « rapatriation de capitaux », la AFIP stipule « quienes quieran traer fondos del exterior sin dar detalles de su origen, podrán invertir en medios de comunicación, es decir en « producción televisiva, cinematográfica, editorial, publicitaria, incluyendo las realizadas por cualquier otro medio o soporte audiovisual ». También podrán dedicarlos a « inversiones en la industria cultural, así como las destinadas a la adquisición, realización o restauración de obras de arte ». »
En somme: Ceux volant rapatrier leurs fonds sans en donner l’origine pourront invertir dans les médias…

    Pour tous les politiciens du parti au pouvoir (jusqu’au 10 décembre),  ceci est une loi démocratique qui met fin à la loi de la dictature (qui avait déjà été modifiée par décrets présidentiels en 98 et 99).

    Passons à présent au second exemple, l’annulation de poursuites pour le juge Faggionato, qui avait poursuivi le principal opposant à Kirchner 15 jours avant les élections en le liant à la mafia de l’efedrine.

    Dans ce cas ci, c’est le conseil de la Magistrature qui a absout le juge par 3 votes contre 3; les 3 représentants de Kirchner ayant voté contre les poursuites tandis que les représentants de l’opposition, des associations et de la justice votèrent pour…

    La présidente du conseil étant membre du premier groupe, celle-ci a donc évité au juge toute poursuite.

    Je pourrais aussi vous parler de ces provinces du nord-ouest où un parti obtient sans difficulté 60 à 78% des votes lors d’une présidentielle, des décrets présidentiels de « nécessité et urgence » qui ne sont soumis à aucun contrôle, de la loi d’urgence économique qui permet à l’exécutif d’émettre ces décrets sur presque tout (comme dans le passé sur la loi des médias, les taux d’impositions à l’export (crise avec l’agriculture), l’utilisation de fonds publics…)

    voici la démocratie à l’argentine…

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s