Chile Chico – Puyuhuapi 26/10/2013


Nous etions donc a Chile Chico, petit village avec son rotary club à partir duquel l’on prit le ferry du matin pour traverser le lac et arriver non loin de Coyhaique le tout avec un grand soleil.

20131026_083541

Une combi cela ne se quitte pas monsieur

Une combi cela ne se quitte pas monsieur

En sortant du ferry on s’attendait au pire, route de ripio chilien alors que finalement rien de cela; petite route sympa entre les vallées, quelques virolos dans lesquels mon pote usa les tétines du rebord du pneu, du plaisir.

20131026_115417

Petit arrêt bouffe (c’est toujours moi qui demande) à Coyhaique avec une rencontre en couleur avec un local qui nous parle de sa Harley Davidson mais qui préfère rouler avec sa Honda Camino (j’ai des doutes sur la harley) et l’on repart en direction de Puyuhuapi à 240 kms. Plutôt que de prendre le ripio à la sortie de Coyhaique, nous décidons de prendre l autoroute qui passe près de Puerto Cisnes (seulement 10kms de difference entre les 2 routes) en prenant du plaisir au milieu des montagnes, à chanter comme des blaireaux qui appellent à une pluie que nous ne verrons finalement jamais sur le voyage.

Petite halte à une station service où l’on nous met en garde à propos de la côte de Queulat dans le parc du même nom et on en remet une couche.

L’entrée dans le parc de Queulat avec son ripio et la fatigue se fait calmement, quelques kilomètres plus long nous comprenons un peu mieux les mises en garde… La côte de Queulat est une suite de virages (une 20 ou 40 je ne sais plus) en epingle, sans aucune vue de part la végétation, et ayant une largeur laissant passant deux petites voitures ou un camion et une moto; le tout sur de la terre humide ressemblant à un début de sentier boueux… La fatigue aidant on se prend à maudire la décision d’avoir continué la route… ils est 16h, il reste 50 kms à faire et nous avons fait 3 kilomètres sur le dernier quart d heure…

A ce moment là nous arrive une petite suite de camions essence qui nous rappellent de rester sur les gardes.

Par contre par la suite, une fois passé la section en travaux et arrivé sur le rivage du lac qui nous améne à Puyuhuapi (et après avoir été dépassé par deux bus qui nous laisserent une jolie traînée de poussière dans le casque), ce fut du plaisir…

Visuel

Parque de Queulat

Parque de Queulat

et sportif… virage ouvert avec bonne visibilité, quelques trous entre lesquels passer (ou pas comme dirait Olivier) et nous descendons à (très) vive allure sur Puyuhuapi (à une vitesse que l’étique m’interdit de reveler).
En moins de temps qu’il n’en faut, nous rattrapons les deux bus et les dépassons à vive allure (normal j’avais faim) non sans se mouiller un peu sur un petit gué de 20cms de profondeur) et nous arrivons enfin au petit village de Puyuhuapi avec son auberge et son etrange bibliothéque…

La suite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s